Cœur d'acier, t.1 - Brandon Sanderson

Publié le par K.N.L.

Cœur d'acier, t.1 - Brandon Sanderson

Eh oui, encore un Sanderson, et encore une bonne impression ! Voici le lien de l'éditeur français, Orbit.

L'intrigue :

Dans une réalité alternative, un phénomène étrange a donné à des humains des pouvoirs qui les pervertissent. Un jour, alors qu'un jeune garçon accompagne son père dans une banque, il va être témoin de la prise de pouvoir de l'un d'entre eux, Cœur d'acier et ce, sur la ville entière. Rien ne semble toucher l'Épique pendant l'événement, jusqu'au moment où David, le personnage principal, verra aussi le tyran saigner pour la seule et unique fois. Et à partir de ce jour, sa quête pour tuer Cœur d'acier naquit.

Mon avis :

Cette saga est avant tout placée sous le signe du divertissement. Ça n'est pas une oeuvre majeure et factuellement lourde comme Fils-des-Brumes - oui, je comparerais toujours les œuvres de Sanderson à cette trilogie... En tout cas, je conseille déjà ce premier tome !

Nous voilà de retour dans un nouveau monde, avec de nouveaux pouvoirs et de nouvelles intrigues. Et encore une fois, ça fait mouche ! On se rend très vite compte en lisant que l'histoire est taillée pour le cinéma - dont les droits ont déjà été acquis, et dont le film semblerait être en préparation.

On retrouve un monde chaotique après le passage de Cœur d'acier, un monde qui s'est adapté comme il a pu, en se raccrochant à ce que le tyran lui "offre". On a affaire ici à une histoire qui se base sur le principe des comics, héros/anti-héros, SAUF que le grand changement (comme toujours avec Sanderson) réside dans l'opposition des deux types de personnages : les héros sont les sans-pouvoirs, alors que les grands vilains sont ceux qui en ont. Se pose alors la question : pourquoi les pouvoirs changent les gens ? (Malheureusement, on n'en a pas encore la réponse.) Et dans le monde réel : pourquoi les "bons" devraient-ils toujours avoir des pouvoirs aussitôt qu'on parle de fantasy ? C'est un point de vue plus qu'intéressant à exploiter, qui donne à réfléchir et nous rend les personnages plus sympathiques. C'est un peu comme la tragédie : les personnages doivent se battre contre des forces qui les dépassent, ce qui nous permet de les apprécier plus rapidement, puisqu'on se met bien plus vite à leur place.

Un petit point noir (bon allez, gris clair) serait la psychologie des personnages. C'est un livre dont les actions vont bon train, on a le point de vue direct de David, le personnage principal et il n'y a donc pas de place pour le développement des autres. Il faut aussi dire que Sanderson a choisi de ne pas exposer le passé des autres personnages, ou très peu pour certains. De cette façon il allège l'histoire et lui permet d'avance plus vite. Mais évidemment, ça la rend plus légère et lui fait perdre du corps.

Par contre, le vraie déception pour moi a été de ne pas avoir suffisamment d'explications sur le pourquoi du comment de ce renouveau. Qu'est-ce qui a provoqué vraiment le changement de personnes normales en monstres tyranniques surpuissants ? Pourquoi changent-ils à ce point ? Pourquoi eux et pas d'autres ? Je suppose - j'espère - que l'auteur va développer ces points dans le prochain tome, pour qu'on en apprenne plus sur les Épiques et le phénomène en général...

16/20

Publié dans Divertissement

Commenter cet article